Category Archives: Courtes histoires

مشا الصواب مشا السماق مشا التاويل

16469020_1403606116325874_1902204233_n

كانت جميلة الأوصاف

       بسماقها وتاويلها

وصوابها الملفت

وحنانها الفياض

مع القريب والبعيد

لامست لأخرة مرة

شعرها الحريري الأسود

الذي طالما تمنت

ان يشع بياضا

قبلت جبينها

فسحرني طيب

ومسك منبعث

من شعرها وكفها

 ودعتنا في صمت وهدوء

ما سخاتش بينا

و دموع  الاماس تندرف

من عينيها

 اه يا امي

رحلت وجفت

   دموعنا حسرة بعدك

مشا الصواب مشا السماق

مشا التاويل

وتظل دكراك الجميلة

حية بيننا

لتمسح دمع صغيرنا و كبيرنا

Hijab Allmani ?

fem

Au silence de la nuit de novembre, seules les valises à roulette perturbaient la tranquillité de la gare. Les rares passagers matinaux, marchaient doucement pour joindre le quai. Seulement, un couple semblait différent. Ils n’ont pas de bagages cependant leur bavardage ne passe pas inaperçu.

La femme est vêtue en noir  de la tète au pied. Très mince, de son hijab apparaît ses yeux noirs ornés de khôl, alors que l’homme, il avait une forte allure. Habillé en jean, l’air d’un sportif mais pas un cheveux sur le crane. Mais ce qui attirait l’attention c’est le langage allemand qui s’échangeait entre eux sans arrêt.

La lumière du train apparaissait de loin, au ralenti tout le monde montait les escaliers sans bousculades que d’habitude le jour. En trouvant le compartiment et mon siège numéro cinq qui se coïncide avec l’heure du départ, c’est le rideau bordeaux qui me recevait. Le couple allemand l’occupait déjà.

Ma présence a perturbé leur intimité et ma tranquillité aussi. Ils n’arrêtaient pas de parler, assis l’un en face de l’autre. Prenant son portable, la femme articulait des versets du Coran son mari probablement, l’aidait à bien prononcer les mots. Quelques instants après, elle se mettait à coté de lui et commença à faire sa prière de Alfajr dans la position assise. En finissant, elle s’approche trop de lui, des câlins,  des caresses…Je suis sortie faire ma prière en paix dans l’autre compartiment.

De retour, un nouveau passager s’installe et prend son livre à la main. Me réfugiant dans mon portable tantôt à Twitter tantôt à Linkden puis après au Facebook. Les nouvelles sur la COP22 qui se déroule à Marrakech ma destination,  attiraient toutes mon attention. A la gare de Casablanca une jeune fille nous rejoint.

Cependant, notre couple main dans la main, l’épouse ne cessa pas de lui faire la bise sur la joue décida de dormir enfin . Elle dort sur ses genoux, son hijab ne lui a pas empêché de continuer à s’aventurer dans la vie de couple comme s’ils sont chez-eux. Lui, pas un seul cheveu sur la tète et elle lui caresse le crane tendrement et avec l’autre main elle entoure tout son dos.

Filialement, le ronflement du chauve coupe la cadence d’une telle scène et me laissa perplexe à écrire les derniers mots de ce billet avant d’arriver à Marrakech qui nous  inspire encore et encore.

 

المرأة المغربية مشرفة من قلب السعودية

1009451-drapeau_de_larabie_saoudite

دينامية المرأة المغربية وتميزها في العطاء في مختلف المجالات تتعدى الحدود حيث تمثل لنا المغربية حرم السفير الألماني بدولة السعودية السيدة نسرين الدور المشرف للمرأة المغربية في المجال الدبلوماسي لإحداث تواصل وتشارك بين الدولتين عبر أنشطة مختلفة كمقاربة في أفق العلاقات بين الشعوب ٠

Les belles rencontres à Marrakech

15419316_1340263815993438_1418450134_o

Durant la COP22 à Marrakech, le dynamisme qui caractérisait la zone verte était remarquable. Le va et vient des visiteurs, la voix des intervenants remplissait l’espace. A travers l’agora, les différentes langues se croisaient avec les différentes couleurs des présents. De l’Arabe, à l’Amazigh, à l’anglais, au français, à l’Italien…De l’Amérique latine, de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe, qu’importe l’origine! une seule voix les rassemble sous le ciel de la capitale des palmiers pour défendre une cause noble celle de sauver notre planète. Accompagnée de la formidable artiste Aicha Lhaboussi, et faisant le tour aux Side Event de plusieurs participants évoquant des sujets sur le genre, sur justice sociale et droit de l’homme face aux changement climatique…, le temps est venu pour rendre ensemble une visite au stand d’une honorable personne.

En arrivant, le stand a une empreinte spéciale, plus de lumière, beaucoup de classe…A peine on franchit le pas; un air différent te domine. Après les salutations aux gens présents assis à droite dans le grand fauteuil noir, juste à coté, une honorable Dame nous reçoit avec un beau sourire.

.Vêtue d’une veste blanche et courte laissant un foulard verdâtre ajouter à l’ensemble une touche simple et élégante à la fois.

En m’approchant d’elle pour la saluer, je me rends compte à quel point elle ressemble au défunt le Roi Hassan II. Aussitôt je fondis en larmes, elle m’entoure avec ses bras avec une grande douceur. L’émotion est grande, je me sens envahi par un sentiment étrange. A peine mon regard croisa le sien, l’image du Roi me traversera l’esprit et réveilla en moi tous les mots que j’ai écrit en sa mémoire. J’ai senti l’absent dans le présent et le lointain se rapprochant de moi. Ce fut Chrifa Lalla Badr Saoud Al Alaoui qui me comble de son attention et sa grande tendresse pour transformer mes larmes en joie.

La joie de m’exprimer, d’être écoutée  par une aussi honorable Dame  ne peut que m’ouvrir  la porte d’un bonheur pour une belle rencontre auquelle sa fondatrice détient réellement MEFFTAH ESSAAD.

15356014_1340264362660050_272097383_n

Bouya Omar n’était pas un père mais un exil forcé

 

 

Le temps s’est arrêté pour lui, le jour où il était contraint de quitter sa famille, sa maison, ses habitudes, ses folies pour un monde qu’il ignorait complètement.

 

Hamid se souvient de tout. Il y’a des années de cela, une nuit de décembre 2007, trois hommes sont venus le chercher à la maison. Il se défendait avec force pour ne pas les accompagner, mais les ordres, il faut les exécuter; ils sont payés pour accomplir une mission. De leur forte allure, les hommes le poussaient dans un grand taxi jaune. Hamid dans ce froid glacial portait un long manteau noir, probablement celui de son père qui n’est plus de ce monde.

Hamid: pourquoi vous m’enchaînez les mains et les pieds ?

L’autre: on t’enchaîne  pas toi mais les » démons »   qui te possèdent ( tanrbtou jnoun lifik )

La maman et la sœur fermaient la porte de leur maison croyant mettre fin aux problèmes que Hamid leur faisaient subir. La cigarette, la drogue, l9ar9oubi, le bruit, la mésentente, les nuits blanches et la violence faisaient vibrer le corps de deux  femmes vulnérables et impuissantes devant ce volcan que personne ne pouvait éteindre. Le va et vient au centre hospitalier de Salé n’a pas résolu le problème. les sacs de médicaments n’ont pas arrêté le mal de la famille. Certes, la souffrance fait voyager l’imagination très loin, chercher la paix, la tranquillité et vivre tout simplement.

La proposition de Bouya Omar semblait être  l’unique solution. On leur a expliqué qu’on prenait soin des malades. Il fallait juste payer la somme de 1500 dh par mois. Chose promise, chose due.

Les jours passaient, les mois et les années aussi. Cependant, tout se bouscule à la nuit de fin Mai 2015 lorsque la sonnerie du portable fait sursauter la maman de son sommeil :  » tu viens chercher ton fils, je n’ai plus le droit de le garder ici  » .

Le dossier de Bouya Omar fut enfin secoué, et le destin des uns et  des autres avec. Le ministre de la santé Pr  EL Houssaine LouardI   à décider d’aller jusqu’au bout et  de fermer ce dossier à jamais.   

Hamid à son retour raconte:

Aux alentours du mausolée Bouya Omar, des maisons abritaient des êtres humains abandonnés à leur sort. La maison ou je vivais, contenait une quarantaine de personnes. Dans ce petit espace ma journée commençait avec un verre de thé et du pain hafi, au déjeuner le plat aux lentilles je le nettoyait dans ma bouche de petits cailloux…

à suivre

 

 

 

 

 

Une victoire méritée

KORAA

Dans le cadre du « Championnat Local scolaire du  Football  » à la délégation de Kenitra, l’équipe du lycée « Prince Moulay ElHassan » situé à Souk El Arbaa  du Gharb,  a attiré l’attention de tout le monde par sa grande prestation durant  tout le Championnat.

Effectivement, le Championnat s’est déroulé du 13 au 20 février et l’équipe en question a pu gagner les trois premiers matchs contre d’autres établissements avec un écart  de points très important.  4-1 au premier match, de 4-1 au deuxième et 3-1 au troisième match.

Read more

1 2 3