COP21 face au climat d’Afrique

cop 21

A la COP21, 195 pays et délégations se penchent sur l’avenir de la planète pour lutter contre le réchauffement climatique  du 30 novembre au 11 décembre à Paris, et avant l’achèvement de cette  grande conférence j’ai pensé parler du quotidien d’un marocain concerné lui aussi par  la problématique du climat parce qu’il la vit dans son champs et non dans les bureaux.   Encore une journée sans pluie ce lundi 7 décembre 2015, l’agriculteur lève ses yeux vers le ciel espérant contredire ce que la météo lui a fait savoir la nuit dernière. Lassé des variations métrologique que l’animatrice d’un air gai et d’un sourire malice les annonce à la télévision. Notre agriculteur est fatigué de voir le soleil alors qu’il attend la pluie; il a semé le blé et l’orge mais la générosité du ciel semble encore lointaine. Cette fois, il change de stratégie il suit aussi la tendance: à travers ses enfants il essaye de découvrir une lueur d’espoir dans les nouvelles technologies. Il  souhaite que l’internet lui apporte plus de confort d’autres nouvelles plus sures plus positives sur les prévisions métrologiques . Mais la déception est présente partout.

Les conséquences du changement climatique se font sentir presque 10 ans de cela en Afrique, et le Maroc n’échappe pas au malheur de catastrophes; soit c’est la période de sécheresse soit celle des inondations. Notre agriculteur est dans une situation embarrassante : les crédits s’accroitrent d’une année à l’autre, vendre ses terrains est presque impossible; on refuse de se lancer dans une aventure avec le climat qui dérange  alors que les décideurs et les responsables politiques au COP21  sont loin du quotidien amer de notre agriculteur africain Sauver notre environnement est une priorité et les intérêts de grandes puissances mondiales en sont une autre. Les pays riches promettent plus mais donnent moins.

On s’engage à la réduction des émissions en gaz à Effet de serre, à contribuer à cet effort internationale cependant qui s’engage à résoudre les problèmes de notre agriculteur qui un exemple parmi des milliers que l’agriculture de fatalité  a détruit moralement et physiquement ? Etre sans arrêt à la merci de la météo a perturbé leur rythme de la vie et la dépression est devenu leur refuge dans un  climat d’attente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.