Déchets de l’Italie vers le Maroc : non bellissimo !

déchets-italie-maroc

 

Ce n’est pas le parfum agréable de l’origan  de la pizza Italienne qui a envahi la table marocaine mais c’est plutôt la forte odeur des déchets en provenance de l’Italie qui ont fait éclater récemment une polémique au Maroc sans précédent.

Alors que le royaume est en plein préparation pour organiser au mois de novembre la COP22 à Marrakech et après le lancement de la campagne Zéro Mika et en adoptant le 1 juillet la loi interdisant la fabrication des sacs en plastique, leur importation, leur commercialisation et leur utilisation,  voila un nuage d’été qui vient perturber le rythme  d’un tel événement. l’importation par le royaume de 2 500 tonnes de déchets en vue de les incinérer près de la ville d’El Jadida a suscité l’indignation de la société civile qui a crié fort à travers les réseaux sociaux :  » le Maroc n’est pas une poubelle d’Italie « . Les hachtags, les vidéos, les status sur facebook, les twittes, les images erronées sur whatsapp , une pétition était signée dépassant 11000 personnes en quelques jours …des photos, des caricatures blessants sur un personnage publique présentant le gouvernement… tout a été utilisé pour manifester la colère des marocains contre la dangerosité de ces déchets qu’on estimait menaçant la santé publique. Une marche aussi est prévue le dimanche  17 juillet à Tanger lors de la MEDCOP Climat 2016. Un Sit-In est attendu également à Rabat près du parlement.

Le silence du gouvernement, l’absence de communication des responsables, des vagues d’informations sur internet évoquant le danger des déchets italiens, des interviews à la hâte …ont ajouté de l’huile sur le feu. Le citoyen découvre alors des arguments contradictoires.   les déchets proviennent-ils de la région de Naples connue pour ses circuits mafieux ?…les analyses sont déjà  fait ou pas encore? la marchandise contient -elle des produits nocifs ? les équipements de cimenterie sont -elles conforme aux normes nationales et européennes ? s’agit-il de déchets ou combustibles ? …

Nombreuses étaient les questions auxquelles Mme Hakima El Haiti ministre déléguée de l’environnement, devait répondre et convaincre surtout. C’est pourquoi il faut attendre entre le 20 et 21 juillet le verdict du laboratoire accrédité en France pour une contre-expertise.

Mais dans cette polémique, il est essentiel de signaler  plusieurs choses:en premier lieu, la maturité et la sensibilité des marocains à la question de l’environnement. Deuxièmement, sans doute on a besoin de revoir la politique du pays dans le traitement de ses propres déchets et la gestion de ses décharges. Finalement,  la voix du citoyen doit être prise en considération, les réseaux sociaux de même aussi pour ne pas tomber dans ce genre de scandale ou tempête médiatique à l’horizon de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique dite COP22, cop des solutions après l’accord de Paris.                                     

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.