Des agriculteurs se plaignent de vouloir fermer un passage actif

agriculteurs

 

Le vendredi 30 octobre à 9 h du matin, les habitants et les agriculteurs ont été surpris par la visite imprévue du Kaid de karyat ben aouda (centre Souk El Arbaa )  accompagné de mkhaznia ainsi que du chef district du chemin de fer de Ksar El Kebir suite à l’appel du responsable  des travaux de l ONCF  après avoir donné l’ordre aux ouvriers de commencer à creuser un fossile pour bâtir un obstacle dans le but de fermer le passage n=130 , n= 129 33 référence PN 30 54.

 

Les paysans alors ce sont opposés et ainsi les travaux ont été arrêté  en vue de revoir la situation. Les agriculteurs de la région ont manifesté leur refus à la fermeture de ce passage qui est vital pour accéder à leurs champs d’agricultures. A 100 m de celui-ci se trouve deux fermes qui ont 500 m de leurs terrains d’un coté et 600 m de l’autre coté du chemin de fer . Ce passage également permet le déplacement des paysans à coté à Douar Oulad Chraa, à aller au  souk et  à l’école pour leurs enfants. En été, à la saison de la moisson le rythme des activités à ce passage devient plus intense.  La traversée des véhicules, des tracteurs, des piétons, des charrettes ne manque pas. Il facilite aussi l’accès du bétails à l’Oued M’da et aux pâturages.

Toujours dans le coté social, à la distance de 300 m du passage en question, 3 familles ont deux femmes handicapées qui suivent leurs soins médicaux et empruntent ce chemin à la chaise roulante. Outre cela, ce passage est une source de revenus pour des familles à Drissa (Arbaoua ) : deux agents de sécurité le surveillent à tour de rôle jours et nuits.

Ce passage qui n’était pas surveillé avant est très ancien, et plusieurs générations ont vu son existence et que les agriculteurs concernés, ont bien accueilli son  automatisation: panneaux solaire, signalisation automatique lumineuse et sonore, mais à la fois ils demandent que justice soit faite auprès des responsables de l’Office national des chemins de fer (ONCF) pour que le fellah marocain reprenne ses activités loin des contraintes dans un domaine aussi sensible et aussi important  que l’agriculture.

2 comments

  • les agriculteurs ont tout à fait le droit de réclamer leur droit , bien qu’on soit loin des problèmes dont ils souffrent cet article nous dévoile certaines réalités, bonne continuation

    • l’agriculture a une grande importance dans l’économie du Maroc, et il est de notre rôle de parler de leurs problèmes car garder le silence ne résolue pas la question, la communication est une bonne chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.