Le mouton qui encorne les poches des marocains

moutonLes musulmans sont tous concernés par la fête de L’Aid Al Kebir; c’est une sounna moaakada, cela consiste à faire le sacrifice que notre religion ne cesse de nous le faire sentir dans le temps et l’espace.


Ce sacrifice a beaucoup de dimensions; c’est un rappel des vertus, de don et de partage . l ‘Aid Al Adha est une occasion pour penser à l’autre qui n’a pas les moyens, c’est aussi une raison pour aller vers l’autre, pour l’aider, le rendre heureux en partageant avec lui ce fameux mouton qui ces derniers temps fait tourner la tête à certains  comme il est derrière les nuits blanches chez d’autres.
Si les enfants sont joyeux à l’avenue de L’Aid puisqu’ils n’iront pas à l’école, ils auront de nouveaux habits et aussi ils dégusteront de délicieux plats de leurs mamans, les grands de leurs part, avec la succession  du Ramadan, l’Aid Sghir, les vacances, la rentrée scolaire, tout ces évènements ont fait basculer leurs budgets familiales sans relâche.  Certains ressentent cela comme une lourde tache qu’ils n’osent  pas montrer vis à vis à leurs  enfants, leurs  proches et leurs  voisins, alors ils recourent  au crédit qu’on leur suggère à la télévision comme à la rue dans différents  slogans publicitaires.

La vie du couple, elle aussi à cette occasion connaît des scènes de ménage sans précédent, si  l’un oblige  son épouse à  passer l’Aid chez   ses beaux parents .il’ y a l’autre qui exige l’achat du mouton par son épouse fonctionnaire ou au moins contribuer à son budget. Certains vont loin; ils entrent en conflit par rapport à l’achat du mouton pour les parents: est- ce  l’aîné? celui qui a le plus de moyens?  ou  vont-t- ils tous  s’en charger?

Il est évident que la société marocaine a connu un grand changement du traditionnel au moderne: de dar lakbira à l’appartement d’où les têtes du moutons ont augmenté, chacun avec ou sans alibi préfère passer l’Aid chez lui sans problème et sans avoir le soucis de le partager avec les autres; il préfère le stoker au congélateur , le fantôme du crédit lui fait perdre la raison . ainsi  la problématique cet année est la cherté de ce mouton dont l’éleveur à son tour  ne cesse de se plaindre de la hausse des prix de l’aliment composé et aussi du prix de l’orge; du fève, du son et du foin qui est en manque, autrement dit les conditions climatiques qui ont caractérisé la campagne agricole dans sa globalité expliquent  la flambée des prix de l’aliment du bétail qui a augmenté du 15 % au 20 % par rapport à l’année précédente.

Un autre phénomène que je manquerai pas de mentionner est celui d’une minorité qui durant la célébrité de cette grande fête préfère s’éloigner en voyage organisé à l’étranger non pas parce qu’ils sont végétariens mais ils n’aiment pas assister à ce genre de festin, cependant, il est convenable de leur rappeler que cette fête  commémore la soumission d’Ibrahim à Dieu , symbolisé par l’épisode ou il accepte d’égorger son unique fils « Ismail ». Après l’acceptation de l’ordre divin,  ALLAH envoie l’ange Gabriel ( sayidina gibril) qui substitue au dernier moment l’enfant par un mouton qui servira d’offrande sacrificielle.

Ibrahim, étant le model des croyants pour les musulmans, le prophète 3alayhi assalato wa salam retourne aux traditions d’Ibrahim c’est pour cela les musulmans célèbrent L’AID Al Adha et sacrifie un mouton.

Bonne fête à tout le monde.

Source image: Google images

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.