D’une mosquée à une pharmacie

A la recherche de plus de révérence, de clémence et de spiritualité le musulman pendant le ramadan tache à faire toutes ses prières dans la mosquée de l’aube jusqu’au soir. La femme, elle aussi, n’échappe pas à cette tradition, elle  commence à fréquenter ce lieu saint avec une grande fidélité, à la prière du vendredi sa présence est grande mais au Ramadan après la rupture du jeune sa présence est remarquable;  on voit  partout au Maroc une foule de femme prenant la direction de la mosquée la plus proche pour répondre à l’appel de la prière d’el3icha et tarawih laissant derrière elle une cuisine dérangée d’une part  le jour par le va et vient de la chef de  maison en préparant toutes  sortes de délices, et d’autre part le soir le tas de vaisselle  font perdre à la cuisine  tout son charme habituel.

A propos de nos mosquées  c’est une fierté de les voir toutes remplies de fidèles seulement ses dernières années plusieurs pratiques se sont imposées à nos regards. Bien souvent j’assiste à des scènes inacceptables; à ma grande soif de lire le coran dans la mosquée à une heure de ladan d’el3cha, je constate que le bavardage entre femmes est frappant en dirait une ruche d’abeilles. Il y’a des fois, j’ai l’impression de suivre l’émission de « 9ssat nass », de salam, aux soucis de la santé, aux problèmes quotidiens, aux nouvelles des voisines, du divorce de celle- la à la réussite des enfants de l’autre  aux concours, au bac  …Une fois encore une femme a toussé plusieurs fois alors toutes les suppositions ce sont répétées: ce n’est plus une mosquée c’est devenu une pharmacie, si l’une lui conseille le sirop à base d’eucalyptus, l’autre lui suggère un antibiotique. Coté traditionnel ne manque pas lui aussi allant du miel, du citron jusqu’aux herbes flio, za3tar et j’en passe.
Seuls les coups de la petite roche de tayamoume peut les rendre à la raison alors j’en recours chaque fois il le faut. Un autre phénomène ne cesse de s’agrandir; il s’agit d’être accompagné d’une chaise, on peut voir de toutes les couleurs et toutes formes du tabouret à la chaise qui se plie et  qu’on emmène à la plage. Mais le comble est d’insister de faire sa prières aux premiers rangs ce qui provoque la colère de tout le monde. Il y’a  dix ans de cela on voyait pas cela, les personnes qui ont un problème de santé il vaut mieux qu’elles  restent chez-elles; je ne comprends pas certaines femmes viennent à la mosquée à pied et pour faire la prière elles préfèrent le confort de la chaise, elle oublient qu’ avec une foi et dans l’espoir de la récompense, nos péchés antérieurs ne seront pardonnés qu’ en faisant un sacrifice dans le temps et l’espace; les jours et les nuits consacrés à l’adoration de Allah dans ce Ramadan Almoubarak.
Un autre point à soulever encore que les hommes et les femmes se le partagent ensemble, c’est celui du portable. Bien que lmo9ria ou limam ne cesse de dire avant la prière: éteignez -vous portable et communiquez avec votre Dieu ( ittassilou bikhali9ikoum) les sonneries polluent l’atmosphère de la spiritualité surtout dans des cas on n’ose interrompre la prière et de répondre bêtement. S’ajoute à ce malheur la présence des enfants non pas pour les habituer aux traditions  religieuses mais on leur laissant le champs libre pour jouer et crier pour perturber les esprits des fidèles.
A travers ce billet j’ai essayé de tirer  au clair certaines pratiques que nous refusons tous et nous exigeons une sensibilisation à travers les médias et les mosquées pour clarifier tout cela et rendre le lieu saint sa sérénité et sa révérence.

One comment

  • excellent article comme d’habitude, vous ne faites découvrir les coulisses des mosquées et surtout le comportement des femmes dans ces lieux mais dernièrement est à cause des événements tragiques qui se déroulent en Syrie et en Egypte on voit la perte des vies humaines dans les mosquées sans pitié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.