POURQUOI LA FEMME SOUFFRE -T-ELLE PLUS ?

femme-en-souffrence

Lors de ma visite chez le médecin, j’ai constaté que les patients dans la salle d’attente ce ne sont que des femmes et pourtant on est pas chez le gynécologue. Le même procédé au laboratoire, plus de douzaines de femmes et un seul homme attendent leur tour. La femme est visée plus par la maladie, on peut trouver qu’elle est malade à tout âge; jeune, moins jeune ou vielle.

La femme marocaine est fragilisée par le grand fardeau qu’elle a sur sa charge; ses parents, ses frères et ses sœurs. Nombreuse sont les jeunes filles  qui se sont oubliées, qui étaient contraintes  de penser au sort de leurs  familles;  la maladie du père ou de la mère, le jeune frère qui est à leurs  trousses avec ou sans diplôme il est au chômage, donc c’est à elles  de payer les conséquences; elles doivent  par malheur quitter l’école pour être une domestique à la maison ou ouvrière,  l’important c’est de travailler pour rendre service aux autres. Les exemples n’en manquent pas, prenant le cas des jeunes femmes fonctionnaires,  qui sans leur volonté se sont trouvées à leurs charges une soeur répudiée, divorcée tirant derrière elle des enfants ou au moins elle  attend  l’arrivée d’un bébé.

Tout ce tableau désolant de la société marocaine est pesant sur l’être doux et  aimant qui est la femme. Cette femme qui ne peut tourner le dos ni  à son père, ni  à sa mère, ni à son frère, ni même à ses neveux et ses nièces. Cette femme plus ses problèmes personnelles,  qu’on fait semblant de ne pas voir, s’ajoute à elle le problème  des autres, la société, le travail, la famille, les voisins. Comment ne pas tomber malade? comment ne pas souffrir dans ce déséquilibre émotionnel ?
La part du mal est présent chez l’épouse aussi  plus l’égoïsme d’un mari qui ne pense qu’à son confort, la femme essaye de gagner le défi en faisant  un grand effort pour équilibrer le coté professionnel avec le coté familial mais à force de vivre des contraintes quotidiennes elle craque finalement et tombe dans le mal du stress, de la  fatigue voire même de la  dépression.
Il est judicieux ainsi,  de penser à offrir plus de confort à la femme marocaine, à prendre soin d’elle à l’école, à l’université, à l’usine, à son bureau, à la maison, car elle donne sans attendre de recevoir, elle est généreuse en tout,dans ses  sentiments comme dans ses actions. Nous avons besoin finalement de sentir la femme protégée du mal    dans toutes ses formes dans notre société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.