La remarquable artiste Zaynab Khamlichi

Zeneb-alkhamlichi

A » l espace les  artistes », le rendez-vous de l’art se métamorphose avec celui de l’histoire ce mercredi 6 novembre  dont la remarquable artiste marocaine Zaynab Khamlichi qui  suite à sa   rencontre avec Sa Majesté Le Roi Mohamed 6, et après huit ans de recherches artistiques,


scientifiques, philosophiques et techniques, a choisit la date d’anniversaire de La Glorieuse Marche Verte pour lancer officiellement : Le premier mouvement artistique visuel à partir d’un pays arabe ou africain : « L E PERCEPTIONNISME « .

Après son brillant parcours dans ses études en science mathématique Zaynab opte pour la grande école « Manager 3.0″ de l’école supérieure  de commerce de Rennes à la Business school de l’Université Internationale   de Rabat. Après son diplôme et  son Master, Zaynab entame des expériences logistiques dans différentes institutions,  tout en suivant des cours de piano et en obtenant d’autres diplômes en arts plastiques. Coté littéraire notre artiste a son  mot à dire, elle a remporté le Premier Prix du Roman du Concours National pour la lecture et le livre avec son roman « il était une fois  » qui  l’a écrit à l’age de 16 ans.

Pour devenir Manager en finance internationale, Zaynab Khamlichi  travaille sur sa thèse de fin d’études sur la  » finance islamique « .  Au monde des artistes j’ai découvert de prés notre jeune artiste qui  m’accueillait avec un   beau  sourire.  J’ai eu le plaisir d’assister au vernissage de l’exposition de ses tableaux  pleins de vie avec  des couleurs qui nous emportent dans le naturel. Au loin, on admire la brillance des couleurs offrant un model splendide avec des  traits fins, mais on s’approchant du tableau, on découvre un travail minutieux avec des formes géométriques, soit en cercles, soit en pointillés ou en taches selon  le critère voulu. . De petits carreaux nuancées donnent naissance à un  remarquable chef d’oeuvre.

Le portrait du souverain en est une, l’ illustration qui réussi la perception humaine  avec l’équilibre du blanc et du noir. Et à propos du perceptionnisme l’artiste Zaynab a tiré un détail après  de longues recherches sur l’optique chez Ibnou Al Haytam: « La reconnaissance est donc basée sur la mémoire et n’est pas qu’une simple sensation liée au jugement, car on reconnais pas les objets qui nous sont  inconnus »  :Le portrait de Nelson Mandela quand à lui reflète les couleurs de l’Afrique du sud avec une telle vivacité. Le grand hommage a été rendu également à Martin Luther et à Ghandi. le sourire des deux sœurs  ne peut qu’ajouter un éclat d’innocence  et de beauté humaine à leur portrait d’artistes.
Toujours à » l’espace les artistes », le cheval dans toute sa beauté occupait l’autre partie de l’exposition en fantasia ou en présentation dans un univers de couleur partant du bleu au jaune et au marron. j’ai adoré la qualité du travail en harmonie avec la splendeur du cheval.
Dans ce cadre artistique, j’ai eu le doux plaisir de rencontrer les douces artistes Rita et Hiba dont le talent  a aussi  dépassé les frontières du Maroc; Leur expérience artistique bien qu’elle soit  différente de leur sœur Zaynab, elle marque une grande spontanéité dans la pureté, les sensations et l’innocence. Et à ce sujet, il est important de dire que de la bouche des petits on apprend des choses, des merveilles; la jeune Hiba me fait part d’une réalité:  Si l’enfant fait des taches ici et la, et on lui crie derrière, il s’abstiendra. S’il tape ses mains contre une table et on crie encore pour arrêter le bruit qu’il fait,il se résigna. Toutes ces réactions semblent  être le moyen fondamentale pour s’exprimer comme une note musicale ou comme  l’ illustration d’un tableau. l’épanouissement, la création, la révélation … des enfants ne peut venir qu’à l’issue  du grand soutien des parents  Donc de la réalité de la vision des couleurs chez Zaynab, à  l’autre réalité de tous les jours  » merci papa et maman de me permettre le droit de m’exprimer « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.